• sam. Sep 18th, 2021

Emmanuel Macron insiste sur « l’autonomie stratégique » de l’UE face à des eurodéputés

Le président E. Macron a insisté sur la nécessité pour l’Union européenne de renforcer son « autonomie stratégique« , à la lumière de la crise afghane, en rencontrant une centaine d’eurodéputés du groupe politique Renew Europe, lié à LREM.

« Le post-Afghanistan va accélérer cet agenda de l’autonomie stratégique avec tout ce qui doit en découler », a déclaré le président, selon des propos rapportés par un participant.

Renew Europe est un groupe politique du Parlement européen constitué en juin 2019 et destiné à étendre le groupe Alliance des démocrates et des libéraux pour l’Europe (ADLE) aux partis qui ne souhaitent pas la mention du libéralisme dans leur nom, notamment « La République en marche ». ( savoir plus )

« Cet agenda d’une Europe plus souveraine est clef. Nous serons de plus en plus sollicités sur ce sujet », a-t-il ajouté, au cours de cette rencontre à l’Elysée qui n’était pas ouverte à la presse.

Cette réunion était la première entre le chef de l’Etat et les députés européens libéraux depuis les élections européennes de 2019, où la liste Renaissance, branche française de Renew, avait obtenu 23 sièges (22,4 %), arrivant deuxième après le RN.

Elle s’est tenue à l’issue du séminaire de rentrée de Renew – dont les 98 membres viennent de 22 des 27 pays de l’UE – qui s’est tenu lundi à Paris, « une première pour une rentrée européenne », selon Stéphane Séjourné, chef des élus français du groupe.

Dans son intervention, Emmanuel Macron a salué « la solidité » de Renew, « la troisième force politique sans laquelle il est impossible d’avoir un Parlement européen qui avance », alors que, en 2019, beaucoup prédisaient qu’elle « ne durerait pas ».

« Il nous a appelé à défendre et valoriser le bilan européen » depuis son discours de La Sorbonne en 2017, et à la lumière de la réponse de l’UE à la crise du Covid-19, notamment du plan de relance de 750 milliards d’euros, a indiqué Stéphane Séjourné à l’AFP à l’issue de la réunion.

Concernant la présidence française de l’UE qui débute en janvier, Emmanuel Macron a souligné l’importance de promouvoir une « Europe plus démocratique », qui « assume » ses valeurs et « les fait respecter ».

« L’heure de vérité approche avec certains États membres », a-t-il prévenu, alors que la Pologne et la Hongrie sont menacées de sanctions par Bruxelles sur le respect de l’état de droit.

« Les populistes, les illibéraux, les mouvements extrémistes ont beau jeu de vouloir exploiter les crises et les faiblesses de l’Union européenne. Cela ne nous déstabilise en rien, bien au contraire », a averti avant la réunion le président de Renew, Dacian Ciolos, dans le quotidien L’Opinion. (AFP)

Show Buttons
Hide Buttons