• ven. Avr 23rd, 2021

L’Union Européenne hausse le ton face à AstraZeneca, Biden double son objectif de vaccinations

L’UE face à des problèmes de livraisons de vaccins au coeur d’un vif différend entre Bruxelles et Londres, s’est dite prête à bloquer les exportations d’AstraZeneca, lors d’un sommet virtuel auquel a participé le président américain Joe Biden qui a annoncé doubler son objectif de vaccinations.

Pour améliorer l’accès aux flacons, alors qu’une troisième vague épidémique déferle sur l’Europe, la Commission européenne a renforcé son mécanisme de contrôle des exportations pour les restreindre drastiquement vers les pays qui en produisent ou dont la population est déjà largement vaccinée.

Le mécanisme a déclenché l’ire du Royaume-Uni, premier destinataire des doses exportées hors du continent. Même si Londres et l’UE se sont engagés à trouver une solution et pourraient parvenir à un accord dès samedi, croit savoir le Premier ministre néerlandais Mark Rutte.

Interrogée à l’issue de la réunion des 27, la présidente de l’exécutif européen Ursula von der Leyen a prévenu: le laboratoire suédo-britannique AstraZeneca, qui n’a livré aux Vingt-Sept que 30 des 120 millions de doses promises au 1er trimestre, « devra d’abord rattraper son retard » et honorer son contrat avant de pouvoir exporter hors du continent.

C’est « la fin de la naïveté », a jugé le président français Emmanuel Macron devant la presse. « Nous devons bloquer toutes les exportations aussi longtemps que des laboratoires ne respectent pas leurs engagements avec des Européens », a-t-il soutenu.

L’UE a exporté quelque 10 millions de doses, tous vaccins confondus, vers le Royaume-Uni, mais n’a reçu en retour aucune dose produite outre-Manche – alors que le contrat signé par AstraZeneca prévoyait la livraison de doses provenant de deux usines britanniques. L’entreprise a expliqué que son contrat avec Londres l’obligeait à honorer en priorité les commandes britanniques.

Selon un calcul de l’assureur-crédit Euler Hermes, le retard de l’UE dans son calendrier vaccinal, désormais de sept semaines, pourrait coûter à son économie 123 milliards d’euros en 2021.

Dans leur déclaration finale, les Vingt-Sept soulignent qu' »accélérer la production, les livraisons et le déploiement des vaccins reste essentiel et urgent pour surmonter la crise », et que « les efforts en ce sens doivent être intensifiés ».

Dans la soirée, le président américain Joe Biden s’est joint à la réunion virtuelle, peu après sa première conférence de presse à la Maison Blanche. Il y a annoncé doubler son objectif de vaccinations contre le Covid-19 pour les 100 premiers jours de son mandat, le portant à 200 millions d’injections. « Nous aurons procédé à 200 millions d’injections d’ici mon centième jour en fonction », a-t-il promis.

Retard des vaccins Covax

AstraZeneca, critiqué par le régulateur américain pour lui avoir fourni des données « obsolètes » sur ses essais cliniques, a abaissé l’efficacité de son vaccin à 76% contre les cas symptomatiques de la maladie, au lieu de 79% déclarés initialement.

Le Danemark a lui prolongé de trois semaines la suspension du vaccin AstraZeneca, pourtant déclaré « sûr et efficace » par le régulateur européen et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Les autorités danoises ont besoin de « plus de temps » pour exclure entièrement un lien entre quelques cas connus de caillots sanguins, rares mais graves, et la vaccination avec ce sérum.

Autre problème concernant AstraZeneca: les doses produites par le Serum Institute of India, « qui devaient être expédiées en mars et avril » via le système Covax d’aide aux pays défavorisés, « vont être retardées faute d’avoir obtenu des licences d’exportation » de l’Inde, qui fait face à une demande locale accrue et un regain de contaminations, selon un porte-parole de l’Alliance du Vaccin (Gavi). (AFP)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.

Show Buttons
Hide Buttons