• ven. Août 19th, 2022

Le chef de l’agence spatiale russe a été remplacé par Vladimir Poutine

Le président russe a démis de ses fonctions Dmitri Rogozine par décret, vendredi 15 juillet. Le nom de son remplaçant est déjà connu.

L’agence spatiale russe Roscosmos change de patron. Dmitri Rogozine a été limogé par Vladimir Poutine, vendredi 15 juillet.

Ce proche du président russe est connu pour son style abrasif et son nationalisme outrancier. Il sera remplacé par Iouri Borissov, qui avait jusqu’alors le portefeuille de vice-Premier ministre chargé du complexe militaro-industriel russe qui inclut aussi le domaine spatial.

Iouri Borissov avait remplacé Dmitri Rogozine à ce poste lors de l’arrivée de ce dernier à la tête de Roscosmos en 2018. À ce poste, Dmitri Rogozine s’est démarqué de l’univers terne des bureaucrates russes à coups de mèmes publiés sur Twitter ou de tirades tapageuses et provocatrices sur Telegram. En cinq ans à ce poste, il n’est cependant pas parvenu à enrayer le déclin de l’industrie spatiale russe, miné par l’obsolescence, le manque d’innovation et la corruption.

Une perte d’influence dans l’espace

En 2020, la Russie a ainsi perdu le monopole des envois dans l’espace avec ses lanceurs et vaisseaux Soyouz vieillissants mais fiables avec l’arrivée sur scène de SpaceX du milliardaire Elon Musk.

Depuis l’offensive russe contre l’Ukraine le 24 février, Iouri Rogozine, qui fut aussi ambassadeur russe auprès de l’Otan, s’est illustré par ses déclarations belliqueuses à l’égard de l’Occident, vantant les destructions que pourraient infliger les armes nucléaires russes.

La coopération russo-occidentale dans le domaine spatial a aussi été plombée par cet assaut de la Russie contre son voisin. Son remplaçant est issu des rangs des militaires. Ce changement intervient dans un contexte de tensions russo-occidentales toujours croissantes. Russes et Américains s’accusent, en autres, d’ambitions militaires dans l’espace. L’agence spatiale russe Roscosmos travaille aussi bien dans le domaine civil que militaire. (AFP)

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter

Show Buttons
Hide Buttons