L’Italie hausse le ton face à Bruxelles sur la question des migrants

« Ligne dure », déclarations de fermeté et ultimatum, Rome hausse le ton face à l’Europe sur la question de la répartition des migrants, dont environ cent cinquante sont bloqués depuis plus d’une semaine à bord d’un navire des garde-côtes italiens.

Après les attaques répétées cet été du ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini (qui est aussi vice-Premier ministre) sur la question migratoire, l’Union européenne est désormais aussi la cible de son alter ego du Mouvement 5 Etoiles (M5S, antisystème), Luigi Di Maio, qui a fait monter la pression d’un cran.

« Si l’UE s’obstine dans ce comportement, si demain (vendredi) la réunion de la Commission ne décide rien, il n’en sort rien sur le navire Diciotti et sur la redistribution des migrants, alors moi et tout le M5S nous ne serons plus disposés à donner 20 milliards d’euros à l’Union européenne chaque année », a-t-il dit jeudi.

« L’Italie est obligée de prendre acte que l’Europe a perdu aujourd’hui une bonne occasion » de montrer son attachement aux « principes de solidarité et responsabilité » qu’elle cite toujours comme étant des « valeurs fondamentales », a déploré vendredi sur Facebook le chef du gouvernement Giuseppe Conte évoquant cette réunion, au niveau des haut-fonctionnaires, sur l’immigration, qui a pris fin vendredi à Bruxelles sans accord.

Sans donner de détails, il a ajouté que l’Italie « va en tirer les conséquences ». Enzo Moavero, ministre italien des Affaires étrangères, a cherché à calmer le jeu, assurant vendredi après-midi que « payer les contributions à l’Union européenne est un devoir légal de ses membres ».

Les menaces en Europe « ne servent à rien et ne mènent « nulle part », a répliqué vendredi un porte-parole de la Commission à Bruxelles, Alexander Winterstein. « Les commentaires peu constructifs n’aident pas et ne nous rapprochent pas d’une solution », a-t-il insisté.

Cette réunion informelle à Bruxelles intervient une semaine après le sauvetage de 190 migrants, du 15 au 16 août dernier en Méditerranée, par le Diciotti, navire des garde-côtes italiens, et les multiples refus de Matteo Salvini, chef de file de la Ligue (extrême-droite), de les accueillir.

Situation critique

Une semaine après ce sauvetage, le gouvernement populiste italien n’entend pas dévier d’un iota de la ligne dure qu’il s’est fixée sur la question migratoire, fort du soutien des Italiens si l’on en croit les derniers sondages.

Et ce malgré les nombreuses voix qui s’élèvent pour dénoncer les conditions de vie des migrants bloqués à bord du Diciotti.

Si l’écrivain antimafia, Roberto Saviano, a qualifié mardi la situation de « prise d’otage », le Défenseur des droits des détenus, une institution officielle indépendante, a adressé vendredi un courrier aux parquets de Catane et Agrigente, en Sicile, où il fait état d’une « situation critique » des migrants à bord du Diciotti pouvant exposer l’Italie « au risque de condamnations par des instances internationales ».

Les deux parquets siciliens ont du reste ouvert une enquête sur le Diciotti, pour associations de malfaiteurs visant le trafic d’êtres humains mais aussi pour séquestration de personnes, le maintien à bord des migrants pouvant être jugé illégal.

« Si un juge veut m’arrêter, je l’attends, aucun problème », a lancé vendredi le ministre de l’Intérieur. (AFP)

Agenda

Agenda des Concerts, Festivals, Spectacles, Evénements, Cinema, Savoir Plus

Une Réponse à L’Italie hausse le ton face à Bruxelles sur la question des migrants

  1. Mulder Répondre

    25 août 2018 a 17 h 20 min

    Sono interessati o politicizzati,perchè il comportamento di Salvini è condiviso dal 90% del popolo italiano, la Diciotti cosa faceva fuori dalle nostre acque territoriali bisogna chiedere le dimissioni del Comandante Generale delle Capitanerie di Porto e il comandante della diciotti deve essere subito avvicendato ed inviato a svolgere servizi amministrativi a terra. Un »altra soluzione è quella di porre in disarmo la Diciogtti che non rispetta il suo armamento cioè quello di sorvegliare le coste italiane e di navigare nelle acque territoriali italiane cioè entro le 12 miglia. Martina ogni volta che apre la bocca pronuncia solo la sua ristretta opinione che alle prossime elezioni comporterà certamente l »azzeramento del PD, visto quello che continuano a sostenere e che non fanno gli interessi degli italiani onesti. Che si dimetta Salvini, così andiamo alle Urne e li sistemiamo una volta per tutti.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.