2 décembre 2020

Donald Trump évoque à demi-mot la victoire de Joe Biden

3 min read

Tout en maintenant sa théorie de fraude massive, Donald Trump a tweeté pour la première fois dimanche que Joe Biden avait « gagné », avant de se reprendre.

Huit jours après l’annonce des résultats de la présidentielle, Donald Trump n’a toujours pas reconnu sa défaite face à Joe Biden. Mais, par petites touches, ou lapsus successifs, il s’en rapproche. « Il a gagné parce que l’élection était truquée », a-t-il tweeté dimanche matin, évoquant l’ancien vice-président de Barack Obama.

Des dizaines de milliers de partisans de Donald Trump manifestent à Washington pour dénoncer ce qu’ils considèrent comme un «vol électoral». Si les médias ont annoncé Joe Biden vainqueur, le chef d’Etat conteste et multiplie les recours judiciaires.

Dix jours après l’élection présidentielle, les jeux ne sont toujours pas faits aux Etats-Unis en dépit de l’annonce par les médias de la victoire de Joe Biden. Le président américain Donald Trump s’est lancé dans une grande bataille judiciaire pour contester les résultats, estimant que le scrutin a été marqué par une fraude de grande ampleur.

Certes, le président américain a une nouvelle fois mis en avant l’hypothèse de fraudes massives, qu’aucun élément concret ne vient accréditer. Mais les deux premiers mots de son tweet (« He won ») ont retenu l’attention, car c’est la première fois qu’il les prononce depuis l’annonce des résultats.


Cette confirmation de défaite (du bout des lèvres) aura cependant duré moins d’une heure. Donald Trump a ensuite à nouveau tweeté pour assurer qu’il ne « concédait rien » et que Joe Biden n’avait gagné « qu’aux yeux des médias », qu’il accuse de répandre de fausses informations.

Vendredi, il avait pour la première fois évoqué, à demi-mot, la victoire de son adversaire démocrate en laissant entendre, avant de se reprendre, qu’il ne serait plus là après le 20 janvier pour gérer la crise du coronavirus.

De multiples recours en justice

Donald Trump a, dès le jour de l’élection, alors que tous les résultats n’étaient pas encore connus, adopté une posture très belliqueuse, promettant une véritable guérilla judiciaire.

Depuis l’annonce, le 8 novembre, de la victoire de Joe Biden, la plupart des dirigeants de la planète l’ont félicité, renforçant l’idée que personne – ni aux États-Unis, ni ailleurs – ne prenait véritablement au sérieux les actions en justice engagées par l’équipe Trump.

En l’absence d’éléments probants accréditant l’idée de fraudes électorales massives, quelques uns de ces recours ont d’ailleurs depuis été rejetés par les tribunaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.