• mer. Avr 24th, 2024

Google avance dans la course à l’ordinateur quantique

Share This !

Les scientifiques de Google ont annoncé une nouvelle percée vers le futur ordinateur quantique, avec une expérience qui réduit significativement le taux d’erreur, obstacle majeur vers ce « Graal » de l’informatique, selon une étude parue dans Nature.

L’ordinateur quantique universel est appelé à transformer radicalement l’informatique, avec des puissances de calcul gigantesques, sans commune mesure avec les machines classiques.

Mais cette machine révolutionnaire, considérée comme un « Graal » par les informaticiens, n’est pas pour demain car de nombreux obstacles technologiques restent à surmonter, notamment un taux d’erreur beaucoup trop élevé pour développer des applications fiables.

Une expérience menée par le département de recherche Google Quantum AI a démontré que la correction d’erreurs pouvait être significativement améliorée, ce qui permet au géant du numérique d’avancer ses pions dans la course à l’ordinateur quantique.

Les processeurs quantiques supraconducteurs, comme ceux de Google ou de son rival IBM, exploitent les étonnantes propriétés de la physique quantique qui régit le monde à l’échelle de l’infiniment petit.

Ils utilisent des bits quantiques appelés qubits: ce sont les briques de base de l’informatique quantique qui ont une infinité d’états possibles pouvant se superposer (0 et 1 à la fois) et s’enchevêtrer, alors que les bits des ordinateurs classiques n’ont que deux états possibles (0 ou 1).

La superposition et l’intrication permettent de réaliser des opérations mathématiques massives en parallèle, car l’ordinateur est capable d’explorer toutes les solutions en même temps et non une à une.

 « Bascule »

Mais la manipulation des qubits se heurte à un obstacle physique majeur appelé décohérence, qui fait disparaître les propriétés quantiques au contact de la moindre perturbation extérieure. C’est cette fragilité qui génère un taux d’erreur important, et d’autant plus gênant que plus il y a de qubits, plus ces erreurs augmentent.

Google a testé une méthode utilisant des codes correcteurs capables de détecter et corriger les erreurs sans affecter l’information.

Ce système, destiné à améliorer les performances logiques de la machine, a été théorisé à la fin des années 1990, et n’est donc pas nouveau. Sauf que sa mise en pratique donne l’effet inverse que celui espéré: plus il y a de qubits, plus la taille du code correcteur doit augmenter et… plus la performance de correction diminue.

Les scientifiques de Google disent avoir pour la première fois mis au point un code correcteur d’erreurs qui inverse ce processus. « C’est une bascule, la magie de la correction s’est opérée », a commenté le Dr Hartmut Neven, l’auteur principal, lors d’une conférence de presse.

« Mais ça n’est pas assez, il nous faut désormais atteindre un taux d’erreurs bien plus bas », a concédé le scientifique. Le chemin est donc encore long avant que la technologie soit utile.

En 2019, Google avait revendiqué la « suprématie quantique », affirmant que son processeur Sycomore avait réussi en 3 minutes un calcul qui aurait demandé plus de 10.000 ans à un supercalculateur classique. L’annonce a ensuite été contestée, notamment parce que le calcul fait alors ne servait à rien d’autre que remporter cette victoire.

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter

Articles qui pourraient vous intéresser:

Intercités à 99 % par plus de 300 drones et missiles iraniens, en Israël

Israël a confirmé aujourd'hui que 99 % des plus de 300 « drones » et des disparus de l'Iran, lors d'...

Pour la première fois, le porte-avions français sous commandement de l’Otan

Le porte-avions Charles-de-Gaulle, fleuron de la flotte française, va passer pour la première fois...

Le gouvernement a annoncé un plan de bataille pour doper le "solaire Made in France"

Le gouvernement a annoncé un "plan de bataille" pour doubler le rythme de déploiement des capacités ...

Avez-vous tout ce qu'il faut pour réaliser ce gâteau ?

Il faut qu'il passe au four pendant une heure. Pourtant, il utilise des ingrédients très simples, vo...

Santé : qu'arrive-t-il à votre corps lorsque vous consommez plus de fibres

Ce sont tous des points positifs à connaître. Le mieux est de miser sur plus de fruits pour en bénéf...

Meta supprime un outil contre la désinformation

CrowdTangle, un logiciel considéré comme essentiel pour repérer et analyser la désinformation sur Fa...

Santé : le symptôme visible sur la jambe peut annoncer un cancer du rein

Maladie silencieuse : le cancer du rein se manifeste généralement sans symptôme. Néanmoins, voici u...

Climat : les catastrophes climatiques ont coûté 6,5 milliards d'euros aux assureurs en 2023

En 2023, les catastrophes climatiques en France ont coûté 6,5 milliards d'euros aux assureurs qui s'...

Forum cybersécurité : Lille, capitale de la cybersécurité dans une France de plus en plus ciblée

Hackers "éthiques", start-up et experts de la sécurité informatique se retrouvent à Lille pour le ...

"Le cerveau a besoin de viande", déclare un médecin de Harvard

Georgia Ede, psychiatre nutritionnelle et métabolique à Harvard aux États-Unis, a déclaré à KIRO New...

Interdiction des "viandes végétales" : les entreprises du secteur saisissent le Conseil d'Etat

Plusieurs entreprises fabriquant des produits de substitution à la viande ont déposé un référé-suspe...

Projet américain à l'ONU pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza

Les Etats-Unis ont pour la première fois annoncé un projet de résolution à l'ONU appelant à un "ce...

PUB google