Gilets jaunes: L’État en quête de solutions face aux violences


La plus belle avenue du monde défigurée, c’est le sentiment que partagent beaucoup de Parisiens et de Français depuis samedi, et les images de violences qui se sont déroulés aux abords des Champs-Élysées.

S’il est encore trop tôt pour évaluer le montant des dégâts occasionnés pendant l’acte 18 des Gilets jaunes, la CCI d’Ile-de-France vient de livrer un premier bilan du nombre de commerces touchés.

Environ 100 boutiques ont été vandalisées à Paris, notamment sur les Champs-Élysées «où la très grande majorité des commerces» ont été atteints, indique la Chambre de commerce et d’industrie, évoquant «un bilan très lourd».

Sous pression après les violences de samedi, l’exécutif cherche une voie de sortie politique et sécuritaire à la crise des « Gilets jaunes », qui menace de faire dérailler l’issue du « grand débat national » conçu initialement comme une réponse à quatre mois de mobilisation sans précédent contre le pouvoir.

Après une réunion de crise dimanche après-midi à Matignon, le chef de l’Etat, rentré samedi soir de la station de ski de La Mongie, réunit à 11h30 à l’Elysée les ministre et secrétaire d’Etat à l’Intérieur Christophe Castaner et Laurent Nunez, ainsi que la garde des Sceaux Nicole Belloubet.

Egalement présent, le Premier ministre Edouard Philippe déclinera à cette occasion « les mesures d’adaptation nécessaires de la doctrine d’emploi des forces de l’ordre, ainsi que les décisions permettant de s’assurer à tout moment de la fermeté de son exécution », selon Matignon.

« L’analyse des événements d’hier a mis en évidence des insuffisances (…) qui n’ont pas permis de contenir les violences et de prévenir les agissements des casseurs » malgré un dispositif déjà modifié après les violences du 1er décembre, ont reconnu les services du Premier ministre.

Afin d’éviter une répétition de ce scénario samedi prochain, Emmanuel Macron pourrait notamment, selon l’Elysée, décider d’interdire les manifestations sur les Champs-Elysées, où les scènes de violences se sont concentrées samedi.

Plusieurs boutiques et établissements emblématiques de la célèbre avenue parisienne, comme la brasserie Fouquet’s, ont été vandalisés lors de scènes rappelant celles du 1er décembre lorsque l’Arc de Triomphe avait notamment été saccagé.

La façade d’une boutique Longchamp, spécialiste de la maroquinerie haut de gamme, a également été la proie des flammes samedi, de même que plusieurs véhicules stationnés dans les rues environnantes et des kiosques à journaux.

Au total, selon la préfecture de police, une soixantaine de manifestants ont été blessés ainsi que 29 membres des forces de l’ordre, et 250 personnes ont été placées en garde à vue, dont 21 mineurs, selon le parquet de Paris. Trente-huit personnes devaient être jugés ce lundi en comparution immédiate.

Dès son retour à Paris samedi, le chef de l’Etat a reconnu des imperfections dans l’organisation sécuritaire – « nous n’y sommes pas », a-t-il déclaré.

« C’est un échec », a abondé lundi Laurent Nunez sur RTL. La doctrine de maintien de l’ordre en vigueur depuis le 1er décembre, consistant à rendre les policiers et les gendarmes très mobiles, « n’a pas fonctionné » et c’est donc « toute la chaîne de commandement qui va être examinée ».

Pour l’heure, ces mea culpa et ces promesses de « mesures fortes » n’ont pas permis d’éteindre l’exaspération de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Paris Ile-de-France, qui a réclamé lundi un plan d’urgence, ni les critiques d’une opposition vent debout à deux mois des élections européennes.

« Il y a une défaillance du haut commandement », a estimé Guillaume Larrivé, député et spécialiste des questions de sécurité chez Les Républicains (LR), sur France Inter, fustigeant « l’incompétence qui règne au sommet de l’Etat » et étrillant Christophe Castaner « chargé de com stagiaire » plus que « vrai patron de la place Beauvau ».

« Il faut faire monter en puissance le dispositif d’interpellation, il faut traquer les Blacks Blocs pour pouvoir casser les casseurs« , a-t-il souligné, appelant à la « dissolution des groupuscules extrémistes » (Ultra Gauche), à « plus de cyber infiltration » et à « un vrai plan d’interpellations systématiques de ces individus qui sont connus des services de renseignement ».
Selon la Radio France Inter, le nombre de Black Blocs est estimé à 1500 lors de l’acte 18 des Gilets jaunes à Paris.

Mise à mal du début d’apaisement

Pour le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Olivier Faure, « il y a aujourd’hui un gouvernement qui à l’évidence ne fait pas son travail ».

« Oui, il y a une nécessité de maintenir l’ordre, mais au-delà il y a quand même une question centrale, et moi je ne voudrais pas que le gouvernement utilise la question sécuritaire pour esquiver, escamoter, un autre débat, qui est le débat social », a-t-il dit dimanche sur Europe 1-Les Echos-CNews.

Ces violences arrivent à un moment délicat pour l’exécutif qui, après avoir été pris de court le 17 novembre par l’éruption du mouvement des « Gilets jaunes », espère pouvoir tourner définitivement la page de la crise à la faveur du « grand débat national » qui a pris fin vendredi.

Multipliant les débats sur le terrain avec des élus, le chef de l’Etat a notamment repris des couleurs dans les sondages et s’apprête, après une dernière phase de conférences régionales citoyennes, à annoncer une série de mesures « disruptives » et « précises » à partir du mois d’avril.

« Pour l’exécutif et Emmanuel Macron, les images de samedi mettent à mal le début d’apaisement que le grand débat national semblait avoir réussi à installer », a commenté Bernard Sananès, le président de l’institut Elabe, sur Twitter. (C.Lusa & Reuters & AFP)

Qui sont les Casseurs? D’après une étude, par les services de sécurité français, lors des manifs des gilets jaunes, les casseurs répertoriés sont les : « Blacks Blocs » (Ultra Gauche), certains « Gilets Jaunes radicaux » et une minorité appelé les « suiveurs » (ce sont ceux qui suivent les autres casseurs afin de les aider).


Agenda

Agenda des Concerts, Festivals, Spectacles, Evénements, Cinema, Savoir Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.