Européennes 2019: Progression de la droite radicale et poussée écologiste

Malgré la montée en puissance des formations de la droite (nationaliste), le camp pro-européen plus fragmenté, continuera à contrôler environ les deux tiers du Parlement européen, montrent les résultats des européennes 2019, marquées par une participation en forte hausse.

Les deux grands groupes qui ont longtemps fait la pluie et le beau temps à Strasbourg, le Parti populaire européen (PPE, conservateur) et les Socialistes et démocrates (S&D), ont nettement perdu du terrain mais les centristes libéraux de l’ALDE et les écologistes en ont gagné parallèlement.

Selon les résultats provisoires diffusés dans la nuit de dimanche à lundi par le Parlement européen, le PPE aura 179 élus (contre 217 dans le Parlement sortant), la famille socialiste 150 élus (contre 186), l’alliance des libéraux et démocrates, dont fait partie la République en marche d’Emmanuel Macron, aura 107 députés (contre 68) et les Verts en auront 70 (contre 52).

Le PPE et les socialistes, qui avaient 401 élus dans l’assemblée sortante, ne devraient donc en avoir plus que 329 lors de la prochaine législature, sous le seuil de 376 élus qui constitue la majorité nécessaire pour désigner le futur président de la Commission européenne, entre autres postes.

En face, grâce à la victoire de la Ligue en Italie, du parti Fidesz en Hongrie ou encore du Rassemblement National en France, les formations de la droite nationaliste devraient rassembler plus de 110 élus et gagner 50% d’eurodéputés supplémentaires par rapport à 2014.

Leur nombre restera cependant insuffisant pour espérer pouvoir bloquer une intégration plus poussée au sein de l’UE.

A elles quatre, les formations pro-UE totaliseront environ 500 sièges sur les 751 sièges du Parlement européen.



Chèque en blanc
Les responsables européens se sont félicités de la forte mobilisation de l’électorat: le taux de participation a dépassé les 50% et augmenté pour la première fois en 40 ans d’histoire électorale à l’échelle du continent. En 2014, il était tombé à son plus bas niveau historique, sous les 43%.

Marine Le Pen : « La victoire du peuple »

Les grands partis dominant traditionnellement le Parlement européen ont subi des pertes importantes lors du scrutin dimanche, mais la poussée de la « droite nationaliste » a été limitée par les écologistes et centristes libéraux enregistrant de leur côté une nette progression.

Le Rassemblement National (RN) a immédiatement appelé à la « constitution d’un groupe puissant » au Parlement européen réunissant les formations de la droite nationaliste (pour le peuple et pour la nation).

Mme Marine Le Pen espère, avec la Ligue de Matteo Salvini arrivée sans surprise en tête en Italie avec environ un tiers des voix, fédérer une large alliance de partis de la droite nationaliste.
Leur groupe parlementaire, l’ENL, est crédité de 58 sièges contre 37.

Les partis de la « gauche radicale » passent pour leur part de 52 à 38 sièges.

Les élections européennes ont également été marquées par les bons résultats des écologistes, qui espèrent devenir un interlocuteur indispensable dans ce paysage politique plus fragmenté que jamais.

Ils finissent, en France, à une inattendue troisième place avec 12% des voix. Ce résultat fait écho au score enregistré en Allemagne par les Verts, deuxièmes du scrutin, selon les sondages, juste derrière le camp centre-droit d’Angela Merkel, qui enregistre un plus bas historique.

« Une grande victoire ! », s’est réjoui la tête de liste des écologistes au Parlement européen, l’Allemande Ska Keller. « Je suis sur un petit nuage », a renchéri l’eurodéputé belge Philippe Lamberts. (Reuters & AFP)

Agenda

Agenda des Concerts, Festivals, Spectacles, Evénements, Cinema, Savoir Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.