• mer. Juil 24th, 2024

La Chine sous le feu des critiques lors de la session des droits de l’homme de l’ONU

Share This !

La Chine est la cible de vives critiques de la part de l’Occident lors de l’examen périodique des droits de l’homme par l’ONU, de nombreuses délégations exprimant leur inquiétude quant aux restrictions à la liberté d’expression et au traitement des minorités.

La répression des Ouïghours et d’autres minorités musulmanes dans la région du Xinjiang, au nord-ouest du pays, et l’introduction de la loi sur la sécurité nationale à Hong Kong en 2020, ont été deux des sujets les plus mis en avant par les diplomates de plusieurs pays occidentaux qui se sont exprimés lors de l’événement. une réunion à Genève, en Suisse, au cours de laquelle s’est tenu le quatrième Examen périodique universel (EPU) de la situation des droits de l’homme en Chine, qui a catégoriquement rejeté les accusations.

Représentée par une importante délégation à la session du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, la Chine a insisté sur le fait qu’elle faisait de grands progrès pour améliorer la vie de sa population, mettre fin à la pauvreté et protéger les droits de l’homme, avec son ambassadeur auprès de l’ONU à Genève, Chen Xu, pour garantir que Pékin « considère le respect de la protection des droits comme une tâche importante dans la gouvernance de l’État ».

Après la déclaration d’ouverture de la délégation chinoise, un total de 163 pays se sont inscrits pour prendre la parole, ce qui a donné à chaque orateur seulement 45 secondes pour défendre le point de vue de son pays, ce qui a suscité les critiques de nombreux diplomates, notamment occidentaux, mais cela n’a pas été le cas. Cela n’empêche pas Pékin d’écouter de multiples interventions critiques sur son récent bilan en matière de droits de l’homme, lors de ce qui était le quatrième examen périodique de la Chine (après les évaluations de 2009, 2013 et 2018).

Outre la répression au Xinjiang et la politique de répression de la dissidence à Hong Kong, plusieurs intervenants ont également évoqué ce qu’ils ont qualifié d’efforts de Pékin visant à effacer l’identité culturelle et religieuse du peuple tibétain, entre autres violations présumées des droits de l’homme.

‘Nous condamnons le génocide et les crimes contre l’humanité en cours au Xinjiang, les violations des droits de l’homme au Tibet, en Mongolie intérieure et dans toute la Chine, l’érosion du respect des droits de l’homme et des libertés fondamentales à Hong Kong et la répression transnationale visant à faire taire les individus à l’étranger’, a déploré par exemple la délégation des États-Unis.

Après avoir été au centre de l’attention lors du précédent examen périodique il y a six ans, la situation au Xinjiang est à nouveau sous le feu des projecteurs aujourd’hui, la Chine étant une fois de plus accusée de possibles crimes contre l’humanité, notamment à la lumière de la détention de plus d’un million de personnes. Les Ouïghours et les autres minorités musulmanes, ce que Pékin continue de nier avec véhémence, malgré l’existence déjà de preuves documentaires, dont un rapport publié par le Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme en août 2022.

Le rapport en question évoque de possibles « crimes contre l’humanité », mais, sous l’intense pression chinoise, les membres du Conseil des droits de l’homme de l’ONU, dont de nombreux alliés de Pékin, qui se sont également fait entendre aujourd’hui, ont « échoué » l’idée d’un débat sur ce document, ce qui pourrait changer après la séance d’aujourd’hui.

‘C’est l’occasion idéale pour les pays de soulever la question et d’exiger des actions concrètes pour mettre fin au génocide en cours’, a défendu, dans des déclarations à l’agence française AFP, le président du Congrès mondial ouïghour, le militant Dolkun Isa.

Dans sa brève intervention — comme les autres -, la délégation portugaise a, à son tour, félicité la Chine pour avoir amendé la loi sur la protection des droits de la femme, afin d’y inclure une définition de la discrimination à l’égard des femmes, laissant trois recommandations à Pékin : que qu’il ratifie le Pacte international relatif aux droits civils et politiques et la Convention de l’UNESCO contre la discrimination dans le domaine de l’éducation, qu’il adopte un moratoire sur la peine de mort en vue de son abolition et qu’il adopte une législation qui oblige les entreprises à respecter les droits de l’homme, avec des dispositions sur le droit à un environnement propre, sain et durable et sur des règles plus strictes en matière de conditions de travail sûres et de harcèlement au travail.

La Chine est l’un des 14 États qui seront examinés par le groupe de travail sur l’Examen périodique universel au cours de la session qui se déroulera de lundi et se poursuivra jusqu’au 2 février.

Le groupe de travail est composé des 47 États membres du Conseil des droits de l’homme, mais chacun des 193 États membres de l’ONU peut participer à une évaluation de pays.

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter

Articles qui pourraient vous intéresser:

Emmanuel Macron va préciser sa "trêve politique" et ses intentions

Emmanuel Macron va rompre son silence pour préciser ses intentions après les législatives et définir...

Panne informatique mondiale : les principaux secteurs concernés

La panne informatique géante de vendredi a touché de nombreux secteurs à travers le monde, du Japon ...

JO-2024: Anssi se dit "confiante" face aux menaces de cyberattaques

Après deux ans de préparation sur les JO-2024, l'Agence française de sécurité informatique (Anssi) s...

Retraites : les nouvelles mesures vont s'imposer, selon le comité de suivi des retraites

Le comité de suivi des retraites, placé auprès du Premier ministre, alerte sur la persistance de déf...

Ukraine : Zelensky veut voir la Russie à un prochain sommet pour la paix

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ouvert pour la première fois la porte à des pourparler...

Donald Trump : probablement dopée par sa tentative d'assassinat

Un candidat à l'oreille en sang, le poing levé et qui appelle à "combattre", tandis que la foule eff...

Santé : Ostéoporose découverte dans le cerveau d'une hormone capable de solidifier les os

Une hormone sécrétée par les femmes allaitantes est capable de solidifier les os fragiles. Un espoi...

75e anniversaire de l'Otan : le sommet de l'alliance s'ouvre sur fond de crises internationales et p...

Washington accueille ce mardi 9 juillet une trentaine de dirigeants de l'Otan, réunis à l'occasion d...

Législatives en France: une Assemblée fragmentée à l'épreuve de la culture du compromis

Au lendemain d’élections législatives historiques, la France est plongée dans l’incertitude : sans m...

Gabriel Attal en sursis à Matignon mais pas près de s'effacer

Le Premier ministre Gabriel Attal a obtenu un sursis à Matignon en attendant la nomination de son su...

Euro-2024 : Portugal-France et Espagne-Allemagne, enfin les affiches!

Après trois semaines sans beaucoup d'émotions, l'Euro-2024 passe aux choses très sérieuses avec deux...

Microsoft va investir 2,2 milliards d'euros dans des data centers en Espagne

Microsoft va investir 2,2 milliards d'euros dans un nouveau projet de data centers en Aragon, a anno...

PUB google