• ven. Oct 7th, 2022

La mort d’Elizabeth II à la une de la presse britannique

La souveraine avait limité ses apparitions, depuis une nuit à l’hôpital en octobre 2021. Depuis son décès, annoncé jeudi à 18H30 locales (17H30 GMT), les hommages ont afflué de la part des dirigeants du monde entier, comme de nombreuses personnalités du sport et de la culture. « Profondément attristé », le chanteur Elton John, anobli par la reine en 1988, a salué « une source d’inspiration » et son « sens moral ».

Un deuil national d’une dizaine de jours s’ouvre au Royaume-Uni après la mort d’Elizabeth II, tandis que Charles III, moins populaire que sa mère, entame sa première journée de roi, avec une adresse télévisée très attendue.

Le roi de 73 ans a quitté en fin de matinée le château de Balmoral en Ecosse où Elizabeth II s’est éteinte « paisiblement » jeudi à 96 ans, et devait arriver à Londres en début d’après-midi.

« Nous vous aimions Ma’am », « Nos coeurs sont brisés » : les photos de la reine Elizabeth II faisaient la une vendredi de tous les quotidiens britanniques, avec des éditions spéciales retraçant ses 96 ans de vie et 70 ans et 7 mois de règne.

The Times, The Guardian, The Daily Telegraph et The Independant ont choisi en une l’image officielle de la jeune monarque de 27 ans lors de son couronnement en 1953, tandis que The Sun, The Daily Telegraph et The Daily Express ont préféré des photos d’une Elizabeth II plus âgée, en noir et blanc ou en couleur, mais avec la même solennité.

« Le chagrin est le prix à payer pour l’amour », titre The Telegraph, reprenant les mots forts que la reine avait adressé aux Américains après les attentats jihadistes du 11 septembre 2001 à New York (Etats-Unis).

L’amour est un thème qui revient très souvent dans les colonnes des tabloïds. « Nous vous aimions Ma’am », proclame The Sun. « Nous sommes fier de vous avoir eu pour Reine », ajoute-t-il, quand The Daily Express titre « Notre reine bien-aimée est morte ».

« Nos coeurs sont brisés », affirme aussi The Daily Mail, ajoutant: « Comment trouver les mots? Notre chagrin est rempli d’une centaine d’émotions différentes et toutes sont douloureuses à saisir ».

« Merci » revient également beaucoup dans les articles, comme à la une du Daily Mirror.

 « Longue vie au roi »

Sans surprise, le décès d’Elizabeth II donne lieu à des éditions spéciales de plusieurs dizaines de pages dédiées à cet événement historique, à l’impact considérable pour le Royaume-Uni et au-delà.

« Une lumière s’en est allée de nos vies. Le jour que le Royaume-Uni et beaucoup dans le monde redoutaient est arrivé. Elle est partie », s’attriste l’éditorial du très populaire tabloïd The Sun.

« La mère de notre nation. La femme la plus célèbre, la plus aimée, la plus respectée au monde. La colonne vertébrale du Royaume-Uni. C’est tout simplement difficile de penser à la vie du pays sans sa présence », ajoute le quotidien. « Le nouveau monde nous paraîtra étrange ».

Dans sa nécrologie, The Times décrit Elizabeth II comme « la femme qui a sauvé la monarchie ».

« C’est grâce à son dévouement et son sens de sa mission qu’une institution qui a parfois semblé dépassée et incapable de s’adapter aux valeurs de la société contemporaire possède toujours sa pertinence et reste populaire aujourd’hui », selon le quotidien.

Dans les colonnes du journal de gauche The Guardian, l’éditorial estime que sa disparition signe le début « d’un nouvel avenir ». « Le seul élément dans notre vie collective qui restait constamment et de manière fiable le même (…) a disparu », écrit-il.

The Daily Telegraph rend aussi hommage à « une vie au service » du Royaume-Uni. « Elle était plus qu’un symbole distant et matriarcal de la nation, elle était une guide et une compagnie constante, toujours paisiblement rassurante, même dans les temps les plus agités (…) Le règne d’Elizabeth II est terminé. Longue vie au Roi Charles III », conclut-il.

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter

Show Buttons
Hide Buttons