• mer. Juil 24th, 2024

Législatives : le tour de force du RN, l’heure des tractations pour le second tour

Share This !

Le score inédit du Rassemblement National, « aux portes du pouvoir » après le premier tour des législatives, gauche et macronie appellent à des désistements au second tour, chacun s’estimant mieux placé que l’autre pour battre le RN.

Trois semaines après le séisme des européennes et de la dissolution, la vague bleu marine a de nouveau déferlé. Avec plus d’un tiers des suffrages au niveau national, le RN et ses alliés font certes moins que les 36% à 37% annoncés par les sondages des derniers jours de campagne.

Mais le parti à la flamme a frappé un grand coup d’entrée, en faisant élire 39 députés dès le premier tour, à commencer par Marine Le Pen dans son fief du Pas-de-Calais. Idem pour ses lieutenants Sébastien Chenu (Nord), Julien Odoul (Yonne), Edwige Diaz (Gironde) et Laure Lavalette (Var).

Comme le veut l’usage, ces parlementaires fraîchement élus pourront se rendre à l’Assemblée à partir de 14H00, pour prendre ou reprendre leurs repères – et sans doute quelques photos au passage.

La délégation d’extrême droite pourrait croiser celle des 32 élus du Nouveau Front populaire de gauche, qui compte déjà dans ses rangs les insoumis Manuel Bompard, Mathilde Panot et Clémentine Autain, ainsi que le socialiste Olivier Faure et l’écologiste Sandrine Rousseau.

Exit en revanche le patron du parti communiste Fabien Roussel, balayé par le raz-de-marée RN dans le Nord, tandis que le franc-tireur François Ruffin se retrouve en ballottage défavorable dans la Somme et pourrait devoir son salut au désistement de la candidate « Ensemble pour la République ».

Un exemple parmi tant d’autres du dilemme posé aux macronistes et à la gauche, dans les plus de 300 circonscriptions en situation de triangulaire – voire de quadrangulaire dans une poignée de cas.

Les candidats encore en lice ont jusqu’à mardi 18H00 pour décider de se maintenir, ou pas.

 « Le meilleur choix »

Du côté du Nouveau Front populaire, les partis ont déjà donné une consigne claire: tout candidat arrivé en troisième position devra se retirer. Mais pour LFI, cela vaudra là où le RN est « arrivé en tête », a précisé Jean-Luc Mélenchon.

En gage de bonne volonté, le candidat LFI de la 6e circonscription du Calvados a d’ailleurs annoncé son retrait au profit de l’ex-Première ministre Élisabeth Borne. « Nous allons la sauver », a même affirmé le patron du PS Olivier Faure.

Tout plutôt que le « projet funeste » du RN, c’est également la ligne défendue par l’actuel locataire de Matignon, Gabriel Attal, qui a lui aussi reconnu que « cela passera par le désistement de (ses) candidats » en « troisième position ».

Mais seulement pour avantager « un autre candidat qui défend les valeurs de la République », a-t-il ajouté, soulignant que le camp présidentiel sera encore présent « dans plusieurs centaines de circonscriptions » dimanche prochain et constituera « le meilleur choix pour éviter que le RN ne dispose d’une majorité absolue ».

Car en l’état, les projections des instituts de sondage anticipent une large majorité relative d’au moins 240 sièges pour les troupes de Jordan Bardella, voire une courte majorité absolue jusqu’à 295 sièges.

Perspective qui inquiète jusqu’au sommet de l’État, où Emmanuel Macron a exhorté à « un large rassemblement clairement démocrate et républicain pour le second tour ». Sans préciser si LFI entre dans ce périmètre.

Le sujet continue de déchirer les cadres de la majorité sortante: hors de question pour François Bayrou, Édouard Philippe, Yaël Braun-Pivet ou Aurore Bergé. Mais les ministres-candidates Sabrina Agresti-Roubache et Marie Guévenoux ont déjà choisi de se désister et plusieurs tenants de l’aile gauche plaident pour sortir de la logique du « ni RN ni LFI ».

Divisé sur la marche à suivre, le gouvernement aura une dernière occasion de se retrouver avant le second tour: le chef de l’Etat a convoqué ses ministres à l’Elysée à 12H00. (AFP)

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter

Articles qui pourraient vous intéresser:

Emmanuel Macron va préciser sa "trêve politique" et ses intentions

Emmanuel Macron va rompre son silence pour préciser ses intentions après les législatives et définir...

Panne informatique mondiale : les principaux secteurs concernés

La panne informatique géante de vendredi a touché de nombreux secteurs à travers le monde, du Japon ...

JO-2024: Anssi se dit "confiante" face aux menaces de cyberattaques

Après deux ans de préparation sur les JO-2024, l'Agence française de sécurité informatique (Anssi) s...

Retraites : les nouvelles mesures vont s'imposer, selon le comité de suivi des retraites

Le comité de suivi des retraites, placé auprès du Premier ministre, alerte sur la persistance de déf...

Ukraine : Zelensky veut voir la Russie à un prochain sommet pour la paix

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a ouvert pour la première fois la porte à des pourparler...

Donald Trump : probablement dopée par sa tentative d'assassinat

Un candidat à l'oreille en sang, le poing levé et qui appelle à "combattre", tandis que la foule eff...

Santé : Ostéoporose découverte dans le cerveau d'une hormone capable de solidifier les os

Une hormone sécrétée par les femmes allaitantes est capable de solidifier les os fragiles. Un espoi...

75e anniversaire de l'Otan : le sommet de l'alliance s'ouvre sur fond de crises internationales et p...

Washington accueille ce mardi 9 juillet une trentaine de dirigeants de l'Otan, réunis à l'occasion d...

Législatives en France: une Assemblée fragmentée à l'épreuve de la culture du compromis

Au lendemain d’élections législatives historiques, la France est plongée dans l’incertitude : sans m...

Gabriel Attal en sursis à Matignon mais pas près de s'effacer

Le Premier ministre Gabriel Attal a obtenu un sursis à Matignon en attendant la nomination de son su...

Euro-2024 : Portugal-France et Espagne-Allemagne, enfin les affiches!

Après trois semaines sans beaucoup d'émotions, l'Euro-2024 passe aux choses très sérieuses avec deux...

Microsoft va investir 2,2 milliards d'euros dans des data centers en Espagne

Microsoft va investir 2,2 milliards d'euros dans un nouveau projet de data centers en Aragon, a anno...