• ven. Oct 7th, 2022

Festival de cinéma américain de Deauville, hommage à Newton-John

La 48e édition du festival de cinéma américain de Deauville, en Normandie (nord de la France) qui se tient jusqu’au 11 septembre, s’est ouverte vendredi soir avec un hommage à la star de « Grease », Olivia Newton-John, décédée début août, avant la projection du film d’ouverture consacré à l’IVG, « Call Jane ».

Cheveux laqués et blouson de cuir, Olivia Newton-John alias « Sandy » est apparue à l’écran du Centre International de Deauville dans l’une des scènes les plus connues de la comédie culte « Grease« , aux côtés de John Travolta.

« Hommage à Olivia Newton-John », pouvait-on lire à l’écran. La comédienne est décédée début août dans son ranch en Californie du Sud. Elle luttait depuis 30 ans contre un cancer du sein.

Le clip a été acclamé par les festivaliers.

Quelques minutes plus tard, le maire de la ville, Philippe Augier, et l’ambassadrice américaine en France, Denise Campbell Bauer, déclaraient ouverte la 48e édition du festival.

La cérémonie d’ouverture a aussi été rythmée par la remise du prix Nouvel Hollywood à l’actrice Lucy Boynton (« Bohemian Rhapsody »), par l’actrice française Élodie Bouchez.

Créé en 2011, ce prix récompense les visages de demain. Dans le passé, il a été attribué à Jessica Chastain, Ryan Gosling ou encore Robert Pattinson.

Au cours des neuf jours de festival – le palmarès sera dévoilé samedi soir prochain -, treize films sont en compétition. Sur ces treize long-métrages, huit sont des premiers opus.

Parmi eux, plusieurs pépites déjà repérées dans les différentes sections du Festival de Cannes, comme « War Pony » de Gina Gammell et Riley Keough, la petite-fille d’Elvis Presley, ou « Aftersun », de la réalisatrice Charlotte Wells.

Dans les temps forts, il faudra compter sur le film « Blonde », biopic sur la vie de Marilyn Monroe. Il sera présenté le 9 septembre, en présence de son réalisateur, Andrew Dominik (« L’Assassinat de Jesse James par le lâche Robert Ford », 2007) et son actrice principale, la Cubaine et ex-James Bond girl, Ana de Armas.

Le film, qui sortira le 28 septembre sur Netflix, est dans la course au Lion d’Or à la Mostra de Venise, où il sera officiellement projeté le 8 septembre.

Du côté des documentaires, section toujours très fournie à Deauville, un film retient toutes les attentions: celui consacré au musicien canadien Leonard Cohen, décédé en 2016 à l’âge de 82 ans.

Intitulé « Hallelujah, les mots de Leonard Cohen », il est signé Dan Geller et Dayna Goldfine et revient, à travers la chanson culte « Hallelujah », sur la vie de cet artiste incontournable.

Si la dose de glamour du festival sera sans conteste assurée par Ana de Armas, la venue de l’acteur devenu réalisateur Jesse Eisenberg (« The Social Network », 2010), qui présentera « When You Finish Saving The World », promet elle aussi un moment fort.

Tout comme la projection, en clôture, du nouveau long-métrage de l’actrice américaine Olivia Wilde, « Don’t Worry Darling » avec Florence Pugh et la superstar de la pop Harry Styles. (AFP)

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter
Show Buttons
Hide Buttons