• ven. Fév 3rd, 2023

Culture : plusieurs festivals sont maintenus à l’été 2024

Share This !

Les festivals des Vieilles Charrues  et d’Avignon,  ou l’Interceltique de Lorient auront bien lieu à l’été 2024, moyennant un ajustement de leurs dates pour ne pas tomber en même temps que les Jeux olympiques, a annoncé le ministère de la Culture.

Fin octobre, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin avait suscité l’incompréhension de la filière du spectacle vivant en évoquant la nécessité que soient « annulés ou reportés » des rendez-vous culturels ou sportifs à l’été 2024, en raison de la mobilisation massive des forces de l’ordre pour les JO (26 juillet au 11 août).

Sont particulièrement concernés les plus gros événements qui nécessitent habituellement des renforts de CRS ou de gendarmes mobiles. Mais après une opération déminage lancée par la ministre de la Culture Rima Abdul Malak et des concertations avec les organisateurs, « des solutions sont d’ores et déjà trouvées pour la plupart de ces événements afin d’assurer leur tenue pendant l’été 2024 », a précisé le ministère dans un communiqué.

Rock en Seine et Lollapalooza à l’étude

« Les Vieilles Charrues passent au week-end d’avant par exemple, l’Interceltique de Lorient pourrait se décaler après le 11 août. Le Festival d’Avignon va aussi commencer plus tôt », a précisé la ministre dans un entretien au Parisien publié en ligne mardi soir, en ajoutant que les Francofolies de La Rochelle, le Hellfest et les Eurockéennes de Belfort « se tiendront » aussi.

En revanche, le Lollapalooza, organisé sur l’hippodrome de Longchamp à Paris, reste « un cas compliqué parce qu’il est en Île-de-France et se tient pendant les épreuves olympiques », a-t-elle reconnu. « On continue à chercher une solution avec eux », a poursuivi la ministre en évoquant parmi les pistes un possible changement « de site, de dates » ou un accord avec un autre festival

Le festival Rock en Seine, qui doit se tenir pendant les Jeux paralympiques, est également « encore un cas à l’étude parce qu’en Île-de-France ». Les ministres concernés ont fixé un cadre aux préfets qui doivent autoriser ou non les festivals à l’été 2024.

«Tous les événements ont vocation à être maintenus » jusqu’au 17 juillet

Principale restriction : les plus gros événements, nécessitant des gendarmes mobiles ou des CRS, ne pourront pas avoir lieu du 18 juillet au 11 août, depuis l’ouverture du village olympique jusqu’à la fin des jeux, mais les autres, « habituellement sécurisés par des forces locales ou départementales, ont vocation à se maintenir », selon le communiqué du ministère.

Les festivals concernés peuvent être décalés avant le 17 juillet, où « tous les événements ont vocation à être maintenus », ou dans la quinzaine suivante, du 12 au 23 août, lorsque « quelques rares grands événements » pourront se tenir, avant une autre période de restriction pendant les paralympiques, du 24 août au 8 septembre.

Des règles encore trop « discrétionnaires et aléatoires », a réagi auprès de l’Agence France-Presse Aurélie Hannedouche du SMA (Syndicat des musiques actuelles), qui redoute une poursuite du « cas par cas, comme pendant le Covid, au lieu de règles claires, lisibles, justes et efficaces ».

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter