• ven. Fév 3rd, 2023

La vaccination anti-Covid est une réussite qui s’essouffle, constate la Cour des Comptes

Share This !

La campagne de vaccination anti-Covid s’est révélée un succès « majeur » en France, a estimé la Cour des Comptes, prévenant toutefois que cette réussite a moins profité aux plus âgés, et commence à nettement s’essouffler.

« Les pouvoirs publics ont su adapter en continu la stratégie vaccinale » dans un « contexte de contraintes exceptionnelles », a estimé Pierre Moscovici, Premier président de la Cour des comptes, lors de la présentation d’un rapport sur la campagne de vaccination anti-Covid en France.

« C’est un succès majeur », a résumé le premier magistrat de l’institution, chargée d’évaluer la réussite ou l’échec des politiques publiques d’un point de vue financier.

La France a commencé à vacciner contre le Covid 19 au début de l’année 2021, principalement à partir des vaccins Pfizer/BioNTech et Moderna, une évolution qui a marqué un tournant majeur dans la pandémie en protégeant largement la population contre les effets du coronavirus.

Si la France a été initialement en retard par rapport à nombre d’autres pays européens, comme l’Allemagne, elle a rattrapé la marche au cours de l’année 2021 pour finalement s’inscrire parmi les pays les mieux vaccinés.

C’est un « satisfecit », a tranché M. Moscovici, soulignant notamment que la mise en oeuvre du pass sanitaire, à l’été 2021, avait accéléré la vaccination.

La Cour estime à 4,6 milliards d’euros le coût de la campagne de vaccination sur l’ensemble de 2021, un chiffre élevé mais relativisé par le fait que la vaccination a permis d’éviter de prolonger d’autres mesures coûteuses: confinement, soutien massif aux entreprises…

Malgré cette réussite d’ensemble, la Cour constate toutefois que la campagne de vaccination a connu des « disparités » géographiques – l’Outremer étant bien moins vacciné -, sociales et surtout d’âge.

Les plus âgés, sur qui se concentrent les risques mortels du Covid, ont en effet été moins vaccinés, une tendance qui augmente avec l’âge.

Surtout, cet état de fait n’a fait qu’empirer depuis. La dernière campagne de rappel en date, lancée cet automne, est pour l’heure un échec, malgré une petite accélération ces derniers jours.

Face à ce constat, la Cour formule plusieurs recommandations pour une action publique plus efficace.

Pour elle, il faut par exemple mieux identifier en amont les catégories de soignants les plus à même d’être mobilisés pour vacciner certaines personnes, comme les infirmiers libéraux, qui sont habitués à se rendre au domicile des personnes âgées. (AFP)

» Connectez-vous à Facebook pour pouvoir commenter