Est-ce que le Portugal est sorti de la crise sans appliquer l’austérité?

Le tournant économique s’est produit en 2015 pour le Portugal, après une période d’austérité, la nouvelle majorité portugaise de gauche a décidé d’opter pour une politique de relance à contre-courant des conseils émanant de Bruxelles.

Ana Gomes, députée européenne du Portugal (groupe des Socialistes et Démocrates) souligne l’importance d’être sorti de l’austérité : « Le secret c’est de se libérer de cette recette qui était complètement erronée, de l’autorité et je ne dis pas la rigueur fiscale.

La différence qui a été faite avec ce gouvernement socialiste… c’était cet engagement de retourner des revenus aux familles, de pousser à la consommation intérieure donc aussi d’aider les exportations à se développer et en même temps avec la rigueur de la gestion des comptes publics qui nous a permis une trajectoire d’équilibre fiscal de manière beaucoup plus claire que jamais ».

Un pari gagnant

Les socialistes ont misé sur une politique permettant de relancer les investissements intérieurs, ils ont réussi à relever le salaire minimum, à élargir les minima sociaux et à alléger la note des impôts pour les classes moyennes, le pari semble donc réussi.

En 2017, la croissance est largement à la hausse, elle culmine à près de 2.3 % et le taux de chômage est passé de 17 % en 2013 à 8 % aujourd’hui. Philippe Lamberts, député européen belge, ne voit pas ici un miracle, mais du bon sens : « Bien sûr, il n’y a pas de miracle, c’est clair que les finances publiques du Portugal auraient besoin d’être restaurées.

Je pense en effet que les recettes qui ont été adoptées au Portugal sont plus conformes à la science économique, autrement dit, on voudrait nous faire croire que les politiques visant à comprimer sans fin les dépensent publics pour permettre aux détenteurs de capitaux de s’enrichir, sous prétexte que les détenteurs de capitaux sont ceux qui font fonctionner l’économie.

Mais enfaîte, ces recettes la ne sont pas fondées dans la réalité, elles sont fondées sur une fausse science, la théorie économique néoclassique qui n’a aucun fondement réel et je pense qu’il est bien que le gouvernement portugais sent soit éloigné ».

Zones d’ombre

Les voyants sont au vert pour le Portugal : croissance, investissement, chômage, déficit. Mais même si au premier abord les résultats économiques du pays semblent exceptionnels, ce n’est qu’une amélioration relative de la situation.

Toujours tributaire d’une dette publique à près de 127 % du PIB soit 251 milliards d’euros, la fragilité bancaire malgré les efforts reste toujours existante. Ce retour à une certaine prospérité économique repose pour la majeure partie sur les exportations, soit 40% du PIB. L’avenir de la croissance s’appuie sur les fluctuations de la demande des pays qui commercent avec le Portugal.

Le risque est présent puisque si l’euro continue de s’apprécier par rapport aux autres monnaies, les exportations portugaises vers les pays hors zone euro risquent d’en pâtir fortement. Lire plus sur Public Sénat.

Agenda

Agenda des Concerts, Festivals, Spectacles, Evénements, Cinema, Savoir Plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.